Compte-rendu de la réunion du 29 décembre 2016

Compte-rendu de la réunion de l’association

Le Gourail 56840 ILE D’ARZ le 29 décembre 2016

Etaient présents une quinzaine d’adhérents sous la présidence de Daniel LORCY et Olivier DU CHATELIER.
Objets de la rencontre :

  • choix de cépage
  • calendrier des actions à prévoir
  • cotisations 2017

Choix du cépage

Olivier et Daniel nous ont fait part des discussions qu’ils ont eues avec M DAVADANT enseignant viticole de l’ESA d’Angers. Une pré-étude avait déjà été faite avec eux lors d’un rapport de thèse de Ludivine Guinoseau il y a environ 2 ans.
L’étude du sol faite cet automne a été faite à 40cm de profondeur selon la demande du labo d’analyse. L’ESA aurait aussi aimé connaître la structure profonde du terrain pour mieux prévoir l’enracinement. Selon le résultat du labo, nous sommes sur un sol argilo sableux, avec un Ph de 5.7, donc en milieu neutre, faible en calcium et matière organique mais qui doit bien absorber l’eau de pluie. (Voir tous les résultats du labo en annexe).
Il semble donc nécessaire d’apporter du calcium (mais pas trop !) en y épandant de la chaux lors du prochain travail de la terre (tous les 5 ans ?) ce qui permettra également de relever un peu le pH. Un apport de matière organique devra aussi être fait avec du fumier déshydraté.
Les conseils de l’ESA sur le type de cépage qu’ils mettraient en place sur notre terrain : Pinot gris ou pinot blanc, voire essayer un peu de Chenin blanc (réchauffement climatique ?). Ces choix seraient faits pour avoir un démarrage végétatif plus rapide (débourrement) en début de saison afin de ne pas vendanger trop tard et donc d’avoir des vins trop acides.
Ils conseillent aussi de ne pas densifier trop la surface utilisable. Pour 1000m², surface maximum pour une association, 500 à 550 pieds seraient l’idéal. L’ESA propose un porte-greffe Paulsen 1103 alors que le labo propose plutôt un porte greffe 3309C qui irait bien avec le pinot. Le Paulsen étant plutôt fait pour des sols chauds et secs.
Après des contacts pris avec des pépiniéristes de la région nantaise, il faut faire vite si on veut planter en mars car tous les choix cépage et porte greffe risquent de ne pas être disponibles. Nous avons reçu un devis pour du pinot gris à 1,310€ HT le plant. Les adhérents présents optent pour planter 250 pieds de Pinot gris + 250 pieds de Pinot blanc + 50 pieds de Chenin. Généralement le pinot blanc est travaillé pour de l’effervescent mais on peut aussi le vinifier en vin blanc sec.

Traitements

Une discussion a suivi sur l’orientation à donner sur les traitements inévitables qu’il faudra effectuer, surtout les 2 à 3 premières années : quels produits utilisables dans le cadre du PNR ? La réglementation concernant l’utilisation de ces produits ? Quelles personnes pour détecter les problèmes et réagir vite ? Il faudra une petite équipe « d’intervention » avec 1 ou 2 personnes présentes sur l’île pour observer et prévenir, et 4 ou 5 autres personnes disponibles du continent et qui pourront venir traiter si nécessaire.
L’ESA d’Angers nous conseille fortement de conduire la vigne sur les 3 à 4 premières années en « conventionnel » sinon on risque d’aller vers des déconvenues. Une fois que l’implantation des pieds sera assurée on pourra alors passer en « culture raisonnée », étape plus réaliste que le vrai « bio » qui demandera trop de travail et de présence sur place, que nous ne pourrons sans doute pas assurer. Les premières années, nous pourrions aussi être assistés par la venue sur place d’étudiants de l’ESA pour un partenariat, mais ce n’est pas gratuit ! (700€ /mois). Il nous faudra étudier cette proposition. De toute manière, il faudra être très vigilant sur la façon dont l’association communiquera sur ce thème du traitement.

Calendrier des actions à mener

Un travail complémentaire du terrain est programmé avec Sébastien (agriculteur sur l’île) courant mars 2017 (hersage). Du fait que nous devons y apporter des compléments (chaux, fumier…) nous ferons tout en même temps : hersage et ajout de matières organiques.
Mais auparavant Patrick nous conseille de « décompacter » le terrain sur 50 à 60cm de profondeur pour que les racines puissent bien s’infiltrer. Cela sera à prévoir avant le travail de Sébastien, donc 2ème quinzaine de février.
Début mars, il faudra faire la préparation finale de la terre avec Sébastien (hersage) puis laisser le sol tranquille une bonne semaine avant le gros travail de plantation des pieds qui est prévu lors du weekend du 18/19 mars.
Sur ce weekend, il faudra donc planter les 600 pieds, installer un tuteur pour les tenir droit et entourer le plant d’une protection contre les nuisibles (manchons). 
Il faudra aussi installer un fil de fer sur le haut du tuteur (nous avons un petit instrument pour nous aider) et sur toute la longueur du rang et sur les 16 rangs prévus.

Cotisations 2017

Au niveau comptable, le trésorier annonce 1440€ de cotisations, soit 48 adhérents pour 2016. A ce jour il reste sur le compte environ 650€. Les principales dépenses ont été de 450€ de tuteurs et fil de fer, 138€ d’assurances (2016 + 2017), 131€ d’analyse du sol, 44€ de frais d’enregistrement des statuts et 14€ de frais bancaires de tenue de compte + quelques dépenses (courrier + panneau sur le terrain).
Pour 2017, les postes dépenses à prévoir : 850€ de pieds, 330€ manchons, travail de Sébastien (~250€), travail du sol en profondeur avec une pelle ( ?€), achat de chaux et de fumier ( ?€).
Il est donc proposé de faire l’appel de cotisation dès le début de 2017 sur une base de 35€. Une proposition a été faite pour que les adhérents qui désiraient cotiser plus puissent le faire (bénévolat !). Elle n’a pas été retenue pour le moment, mais si un besoin exceptionnel se présente (local pour le chai par exemple), un appel complémentaire pourrait être demandé éventuellement car 2017 sera une année de dépenses de mise en place avant de réfléchir à la création du chai pour 2020.
Le Secrétaire de séance,
Hubert Jouandon

Consulter le document d’analyse du terrain